@Bristow_69 lol!

Arf si le cycliste risque de coûter à la sécu... quand on le renverse!

@Seven > cycliste risque de coûter à la sécu

C'est moyen comme formulation de dire que la victime d'un accident « coûte à la sécu »…

@Bristow_69

@devnull @Bristow_69 c'est la réalité de ton assurance qui va te demander de payer une cotisation à un certain montant pour que chaque victime ne lui coûte pas trop cher et qu'elle ne soit pas déficitaire...

@Seven Premièremert, T'as pas le compris mon propos. T'inverses les rôles, le problème n'est pas « le cycliste qui coûte parce qu'il s'est fait renversé » mais plutôt que quelqu'un d'autre a renversé un cyclist.

Et deuxième, tu te contredis toi-même, puisque le principe d'une assurances, plusieurs personnes paye pour tous, l'assurance ne dépense pas, tu ne lui « coûte pas » puisque tu cotise.

@Bristow_69

@devnull @Seven @Bristow_69 non, tu confonds assurance et mutuelle.
Mutuelle : tu partages les coûts.
Assurance : tu payes en fonction d'un risque et le prestataire d'assurance espère que ce risque ne se produise pas pour faire des bénefs.

@BrunoSpy Je confonds pas justement. C.est pas.moi qui est mentionné « assurance » e.mn premier hein

Assurance : Tu paye, donc tu ne coûte pas. Au pire, l'assureur ne fera pas de profit sur ta tronche, mais il va rien débourser de sa poche.
Sécu sociale : N'a pas vocation à faire des profits, pas grave si « déficit », c'est son rôle. Et financé par des cotis', donc ne paye pas de sa poche non plus.

@devnull ben non, l'assureur va débourser de sa poche mais il compte sur le nombre pour minimiser le risque. Et si il s'est planté (erreur statistique ou phénomène imprévisible), il peut perdre beaucoup.

@BrunoSpy « Sa poche » = son chiffre l'affaire, donc la poche des assurés, même si chacun ne paye pas la totalité pour sa pomme. L'assureur assure parce qu'il y a des profits à faire, pas par pur altruisme hein…

S'il se plante, tant pis pour lui. Il a choisi ce business, personne ne le force façon « Toi, tu va faire un truc risqué comme business, pourquoi pas asseureur tiens? Et que ça saute ! ».

@devnull c'est exactement ce que je dis. C'est la grosse différence avec les mutuelles.

@BrunoSpy Ouais bah j'ai jamais dit le contraire. J'ai juste dit que les deux utilisent l'argent des autres. Un son CA et d'autres des cotis'. D'un pour faire des profits et l'autre un service public. Et que du coûter du coup la terminologie « coûter à » laisse penser que c'est un type qui paye de sa poche tes soins sans contre-partie.

@BrunoSpy Et encore une fois, ma remarque initiale sous entend surtout que c'est le discours puant de droitard constitant à reprocher aux victimes d.m'un accident de « coûter aux autres » qui me gave, alors que le responsable de l'accident, on lui reproche rien, sauf si on part du principe que la victime est forcément/sytématiquement responsable de l'accident. Ce qui est encore plus abject.

@devnull tu t'emballes un peu non ? le post de @Seven était à but humoristique

@BrunoSpy Ou peut-être que en tant que cycliste au repos qui à évité de justesse un accident qui aurait pu être grave, à cause des gens qui conduisent de façon dangereuse sur une décente dangereuse, je trouve pas sa « blague » drôle…

@Seven

@Bristow_69

C'est l'habituelle vision restreinte des choses. Comme dire qu'internet, c'est FB et GG.

Mais je pense que tu faisais de l'ironie.

L'économie, c'est pas juste les assurances santé et les bagnoles.

Si on peut sortir d'une vision binaire de l'internet, on doit pouvoir sortir d'une vision binaire de l'économie.

@22Decembre
C'est surtout pour faire sourire et à prendre au 2ème degré 😉

@Bristow_69
j'picole pour compenser, ça compte ? et mes narines peuvent accueillir 4 souches différentes de grippes

/me : aussi mais pas extrémiste du bien être théorique ...

@Bristow_69 ceci dit, c'est une mine d'or pour les vendeurs et vendeuses d'accessoires 😁

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Framapiaf

Framapiaf est un service de microblog similaire à Twitter. Il est libre, décentralisé et fédéré. Il permet de courts messages (max. 500 caractères), de définir leur degré de confidentialité et de suivre les membres du réseau sans publicité ni pistage.