Dans le métro, un mec bourré explique à un mec non moins bourré que les extraterrestres sont mieux armés que nous et que, quand ils viendront, ils nous mettrons la misère.

C'est pas faux.

Vivre dans un quartier pareil, c'est l'impression, au quotidien, de vivre dans un zoo où des demeurés te regardent comme une bête rare. C'est le tout à l'anglais forcé, confinant jusqu'au ridicule. C'est les mœurs locales americanisées, où toute personne habitant le coin et demandant un minimum de respect pour son mode de vie passe pour un emmerdeur. C'est l'uberisation des métiers, les "oublis" réguliers au code du travail, la main mise progressive du privé sur l'espace public.

C'est les gens bourrés qui gueulent et se battent sous tes fenêtres tous les jours, jusqu'à 5h00 du matin. C'est le bordel non-stop des bars et de leur musique de merde jusqu'à tard dans la nuit. C'est le mobilier urbain saccagé par les trottinettes électriques, les déchets jetés par terre, l'affichage publicitaire partout. Ça arrive à un point où la petite boulangerie du coin ne vend plus de pain, mais des paninis et autres burgers pour répondre à la demande du touriste moyen...

36-15 ma vie: les joies de vivre dans un quartier gangrèné par le tourisme de masse, c'est aussi de voir les prix des commerces locaux multipliés entre 2,5 et 3 en seulement un an. C'est voir ces commerces s'adapter à la demande des touristes et être remplacés par des pièges à touristes. C'est 25% des logements transformés en Airbnb. C'est le harcèlement quotidien des touristes qui ne cessent de te demander des infos dès que tu sors de chez toi. C'est le défilé continu des valises à roulettes.

- Livreur: Allô ? J'ai quatre pizzas pour vous mais je ne trouve pas l'entrée de l'immeuble.
- Tortues Ninja: c'est la troisième plaque d'égout, à gauche du Technodrôme, puis vous suivez le chemin tout droit en évitant les produits radioactifs, les robots tueurs, le psychopathe avec un masque de hockey et quand ça pue le rat crevé, vous y êtes.

Ce matin même, en amphi au lycée Diderot à Paris, devant plus de 200 personnes, l'un des intervenants lâche une "blague" raciste sur les Roumains. Tout l'amphi gueule mais le mec continue tranquillement, sans même s'excuser...

Et j'emmerde les personnes qui se réjouissent de la disparition d'un tel patrimoine culturel. À ceux-là, vous ne méritez ni l'histoire, ni les arts, juste de croupir dans votre bêtise crasse et dans l'oubli.

Il va sans dire que je souhaite tout le mal possible aux personnes qui ont fait passer ce projet de loi ainsi qu'aux chasseurs et leurs lobbies mortifères.

Dans Punch-Out sur NES, si l'on perd le premier round face à Bald Bull, Doc, notre entraîneur, nous conseille de s'inscrire au Club Nintendo pour bénéficier d'une aide pour le battre.

Crayon Laser a partagé

Ceci est Katie Bouman, responsable au MIT de l'algorithme ayant rendu la photo du

Toutes et tous les humoristes du monde pourront bosser des mois durant pour écrire les blagues les plus drôles, rien ne remplacera l'efficacité immédiate et universelle d'un bruit de pet.

Afficher plus
Framapiaf

Framapiaf est un service de microblog similaire à Twitter. Il est libre, décentralisé et fédéré. Il permet de courts messages (max. 500 caractères), de définir leur degré de confidentialité et de suivre les membres du réseau sans publicité ni pistage.