Suivre

Nous devons nous passer de Chrome

framablog.org/2019/03/07/nous-

Chrome, de navigateur internet novateur et ouvert, est devenu au fil des années un rouage essentiel de la domination d'Internet par Google. Cet article détaille les raisons pour lesquels Chrome asphyxie le Web ouvert et pourquoi il faudrait passer sur un autre navigateur tel Vivaldi ou Firefox.

Article original : redalemeden.com/blog/2019/we-n

@Framasoft Article très intéressant mais le lien vers l’article original donné à la fin du pouët est incomplet.

@nicolasb En effet, la limitation à 500 caractères a coupé la dernière URL. Elle est disponible au début de l'article et sinon la voici : frama.link/xL2ZhYTV

@Framasoft J’avais bien trouvé le lien dans votre article, c’était juste pour vous signaler le problème. Merci pour l’explication (je découvre Mastodon).

@Framasoft La personne qui a fait l'article aurai du conseiller le navigateur brave comme premier pas. Car entièrement open source et fait par un des papa de firefox. Mais vivaldi reste un bon choix malgré tout. 🙂

@Angelblue Sauf que Brave s'est permis de mettre en liste blanche les domaines liés à Facebook et ce sans en informer les utilisateurs.

Ceci sous prétexte que certains sites fonctionnent mal sans les outils d'analyses de Facebook, donc.

@Framasoft

@Angelblue
Brave bloque la pub pour afficher celle qu'il choisit lui-même et propose un site complotiste d'extreme-droite dans sa liste de moteurs de recherche. Le navigateur n'est pas aussi clean qu'il le prétend
@Framasoft

@Framasoft
If internet domination by #Google was a bicycle, #Chrome would be one wheel, and #Android the other.

@Framasoft Mmmh étrange conclusion… sauf erreur de ma part, vivaldi est également construit autour de Chrome… du coup utiliser vivaldi ne résout par le problème souligné par cet article ?

@Framasoft

Dommage que le lien vers l'article original aie été tronqué mais c'est une très bonne initiative de l'avoir inclus.
Merci!

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Framapiaf

Framapiaf est un service de microblog similaire à Twitter. Il est libre, décentralisé et fédéré. Il permet de courts messages (max. 500 caractères), de définir leur degré de confidentialité et de suivre les membres du réseau sans publicité ni pistage.