Suivre

N'empêche. Google Maps qui devient payant et met à la rue des milliers de services. Youtube qui se transforme en censeur. Cambridge Analytica.

C'est le moment de jouer la partie « C'est qui qu'avait raison ? »

@Mallabori Alors, non. Ce genre de réaction relève de l’humiliation, et ça ne sert qu'à se montrer antipathique.

En fait c'est plutôt le moment de montrer les vrais alternatives viables et respectueuses de leurs usagers.

@floreal Je ne voyais pas ça dans un sens antipathique « tiens tu vois j'avais raison et pas toi, t'es nul·le », mais plutôt « maintenant que 100 % des prédictions des libristes se sont vérifiées, il serait temps de les écouter très sérieusement »

@Mallabori C'est pourtant ce qui sera ressenti en face (c'est la première chose qui m'est venu à l'esprit en le lisant).

Par contre ta démonstration n'est pas valide. Ce n'est pas parce que les libristes ont eu raison cette fois qu'il auront toujours raison.

@floreal Ce n'est pas une démonstration que je fais. C'est juste qu'on considère qu'une accumulation de prédictions justes rend un discours digne de considération, et c'est un argument à faire valoir.

Si je veux être taquin, je dirai même que c'est le fondement des théories scientfiques : une accumulation de confirmations d'hypothèses falsifiables. fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9f

@Mallabori Je suis pas certain que le fait d'avoir vérifier 2 ou 3 fois une hypothèse et sa réfutabilité sur un truc aussi incertain que d'avoir tors ou raison soit suffisant. :-)

@floreal C'est pourtant un niveau de preuve assez haut par rapport aux occurrences de la vie ordinaire

@floreal Je ne sais même pas pourquoi on a cette discussion, mon but n'a jamais été de démontrer quoi que ce soit de façon certaine x)

@Mallabori Je te renvoie vers la vidéo de la statistique expliquée à mon chat, sur la p-valeur: youtube.com/watch?v=xVIt51ybvu

@floreal Je connais. Mais encore une fois, c'était un argument informel

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Framapiaf

Framapiaf est un service de microblog similaire à Twitter. Il est libre, décentralisé et fédéré. Il permet de courts messages (max. 500 caractères), de définir leur degré de confidentialité et de suivre les membres du réseau sans publicité ni pistage.