Plus anciens

Cette campagne d'observation n'est qu'une campagne parmi d'autres pour Lucy. En tout, il y a plusieurs centaines de personnes qui vont observer ou qui ont observé des occultations pour Lucy

On s'assure que tout le monde sait utiliser slack pour communiquer pendant la campagne d'observation

On nous brief sur l'utilisation des PC.

Ils ont été configurés pour jamais se mettre en hibernation ni en veille, parce qu'on veut être sûrs que l'acquisition des données ne soit en aucun cas interrompue

Tous les soirs, il faut qu'on remplisse une feuille de log qui explique tout ce qu'on a fait, même si on n'a pas réussi à collecter des données.

Comme ça, dans dix ans, si quelqu'un se dit "tiens, un truc bizarre dans les données", ce sera encore possible de retrouver ce qu'il s'est passé

Il faut faire attention à bien remplir les feuilles de log pour qu'elles soient toutes remplies selon la même convention, sinon elles risquent de pas être exploitables

À la fin de l'observation, il y a 30 secondes pendant lesquelles un code qui va s'afficher sur l'écran. Il faut noter ce code sur la feuille de log pour pouvoir retrouver les données

On fera des poses de 1 seconde pendant les observations

Il faut faire attention à rien supprimer dans le dossier dans lequel les données sont automatiquement rangées !!!

Les PC ont une autonomie de deux heures. C'est hyper court !

Ça veut dire qu'il faut pas allumer les PC trop tôt. Même si on a peur que la mise en place prenne plus de temps que prévu.

C'est pour ça qu'il faut autant qu'on s'entraîne avant le jour J : pour être capables de s'installer en une heure quoi qu'il arrive

Ça semble évident mais ça va mieux en le disant : Pendant qu'on dort, il faut pas oublier de recharger les batteries du PC et du télescope.

La marge d'erreur (à 3 sigma) sur la position est de 11 km. C'est plus petit que le diamètre estimé de Polymèle. C'est incroyable d'avoir une prédiction aussi précise ! Et si c'est possible, c'est grâce au télescope Gaïa

5 secondes : c'est la durée pendant laquelle l'étoile sera cachée par Polymèle

Ça semble peu, mais c'est long pour une occultation.

Les prédictions météo disent 20 à 40% de couverture nuageuse. Mais on ne sait pas encore quelle forme auront les nuages

Est-ce que ce sera des cirrus diffus ou des petits cumulus sur l'horizon ?

Je m'organise pour demain matin et après je vous raconte ma fin de journée avec photos à l'appui

Ça prend beaucoup de place une vingtaine de télescopes de 400 mm. (Et encore, on voit pas toutes les caisses dans cette photo, il y en a qui sont contre le mur à côté, et d'autres sous les tables derrière la photographe)

Ce sont les mêmes télescopes qui ont servi à observer des occultations pour la mission New Horizons (celle qui est partie vers Pluton). Ils ont notamment permis de collecter plein d'infos sur Arrokoth (qui n'avait pas encore de nom à l'époque, on l'appelait juste MU69)

C'était vraiment impressionnant d'être sur le parking avec vingt autres télescopes en train d'être assemblés tout autour

Dans mon groupe, il y a un hispanophone qui parle un peu allemand et un peu français. En combinant les trois langues, on arrive à peu près à se comprendre !

Par contre, il ne parle pas du tout anglais. Et les deux autres personnes dans mon groupe ne parlent ni allemand, ni français ni espagnol.

Du coup, je fais interprète, c'est rigolo

(si vous demandez gentiment, je vous raconterais peut-être une anecdote de mon enfance au sujet de l'interprétariat)

Tous les gens avec qui j'ai discuté sont super sympas. Il y en a déjà plusieurs qui m'ont proposé de me brancher avec des collègues qui pourraient peut-être avoir un poste de recherche pour moi.

L'assemblage des télescopes est est pas trop difficile. Ou plutôt, il est super bien documenté ! Tant qu'on suit séquentiellement les instructions, tout se passe bien.

C'est rassurant pour les jours à venir : au moins cette partie là, on gère !

Demain il faudra trouver un lieu d'observation optimal : assez plat, assez loin des lumières, sur la ligne qui nous a été attribuée (à 100 m près), et depuis laquelle on peut facilement se coordonner avec l'équipe voisine.

Parce que oui ! Dans la bande depuis laquelle l'occultation sera (vraisemblablement) visible, on a tracé des lignes parallèles, et chaque équipe est sur une ligne. Comme ça, même si l'astéroïde passe un peu à droite ou un peu à gauche des prédictions, on le verra quand même.

Et en plus, comme ça, plusieurs équipes pourront voir différentes parties de l'astéroïde qui passe devant l'étoile.

Demain matin, c'est RDV à 9h30 pour aller à León, donc maintenant, dodo !

Et c'est reparti pour une journée bien chargée. Au programme :
- trajet à pied jusqu'à l'hôtel des gens avec qui je covoiture,
- trajet jusqu'à León,
- déchargement des télescopes des voitures,
- repérage d'un site d'observation où poser le télescope,
- chargement des télescopes dans les voitures,
- trajet jusqu'au site d'observation,
- manips au télescope pour s'entraîner,
- debuggages éventuels.

Mais d'abord, il faut se lever, se laver, faire son sac,... Je veux dormir encore un peu ! >.<

La logistique est un peu compliqué, il faut se répartir dans les voitures pour pouvoir transporter les gens, leurs bagages et les télescopes. Du coup, on attend le feu vert de l'orga pour décoller

Pour savoir où et quand Polymèle va passer devant une étoile, on utilise les données du télescope Gaïa pour bien connaître l'étoile. Et pour savoir des choses sur l'astéroïde, on regarde avec des gros télescopes au sol.

Mais c'est pas facile d'obtenir du temps télescope sur les gros télescopes. Ils sont très demandés, et les astéroïdes c'est pas le truc le plus à la mode.

En plus, quand on regarde un astéroïde troyen avec un télescope, on voit juste un pixel. Donc on sait pas si c'est un gros astéroïde très sombre, ou un petit astéroïde qui réfléchit beaucoup de lumière.

Bref, on a une position et une vitesse approximatives de l'astéroïde à un instant T grace aux télescopes. Ensuite, on met ces données dans un modèle pour calculer le moment exact de l'occultation.

Et aussi (surtout) le lieu où l'occultation sera visible est prédit par les modèles.

Parce qu'une fois qu'on est installés, on peut commencer à observer un quart d'heure avant et attendre un quart d'heure de plus à la fin. Mais si on se trompe d'endroit, on est marri.

Mais différents modèles vont donner différents résultats et différentes marges d'erreur. Et différents labos vont utiliser différents modèles.

Pour l'occultation de Polymèle, il y a au moins trois prédictions qui ont été calculées par différents chercheurs. L'une d'entre elles a une marge d'erreur qui va jusqu'au Portugal.

Pour avoir une prédiction plus fiable, on peut utiliser les mesures qui ont été faites par différents télescopes. Mais on peut aussi dire "cette valeur là est plus fiable, donc on lui donne plus de poids dans la prédiction"

Suivre

@ffeth C'est ça. Après, on observe. Et si ça colle, on est content. Et si ça colle pas, on est contents aussi parce qu'on a appris quelque chose.

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Framapiaf

Le réseau social de l'avenir : pas de publicité, pas de surveillance institutionnelle, conception éthique et décentralisation ! Gardez le contrôle de vos données avec Mastodon !