Hé les verts fermez un peu vos bouches sur le vaccin obligatoire s’il vous plaît. Merci 😊

Suivre

Précision : Je ne suis pas anti vaccins mais toute prise de médicaments ayant des effets secondaires plus ou moins désagréables, doit être faite avec le consentement éclairé de la personne et non sous la contrainte.

Putain c’est la base merde.

· · Amaroq · 1 · 2 · 3
@Roland Sauf que prendre ce vaccin ci a un impact sur le reste de la société. Des vaccins sont parfois désagréables, si on veut éradiquer les maladies il faut les rendre obligatoire. La société n'est pas une somme d'individu.

@marsxyz La société n’est pas une somme d’individus mais même une douille qui a 0,000001% de chances d’arriver devient probable quand on applique le procédé des centaines de millions de fois.

De plus, est-il avéré qu’il est plus efficace de vacciner toute la population plutôt que les personnels de santé + personnes à risque + personnes qui en font la demande ?

Il n’y a pas de consensus scientifique à ce sujet.

Ce point de vue est donc moral et idéologique

@Roland evidemment que des problèmes vont arriver. Et ? Le % de chance que tu ai des soucis avec le vaccins est de plusieurs ordres de grandeur inférieur à celui que tu ai des problèmes si tu choppes le COVID * la probabilité que tu choppes le COVID. C'est parfaitement rationnel de vacciner tout le monde à tout point de vue. à part de l'individualisme exacerbé qui ne veut pas que la société prenne des décisions rationnelles, je ne vois pas de problème.

On l'a fait pour la polio, la variole... L'histoire montre bien que de grandes campagnes de vaccinations fonctionnent, permettent de rapidement éradiquer des maladies et est la meilleure alternative pour la société.

Quand on joue avec la vie des gens, l'individualisme malvenu et le fait de ne pas faire confiance à la science est vraiment au mieux de l'ignorance, au pire dangereux.

@Roland @marsxyz Le truc, c'est que de ce que j'ai compris, il n'est pas (encore) question de vouloir éradiquer SARS-CoV-2, mais dans un premier temps de protéger les personnes à risque.

@im @Roland et c'est un gros problème en europe depuis le début ce manque d'ambition. Les pays d'Asie ne se sont pas posé la question de si il fallait éradiquer la maladie ou pas, et on voit désormais que c'est la voie à suivre , peu importe comment on compte (l'économie, le nombre de mort, l'émancipation individuelle...)

@marsxyz « A ma connaissance, une vaccination obligatoire n’est pas au programme en Suisse. En effet, même si les bases légales le ­permettraient, elle ne serait justifiable que si un vaccin était démontré comme clairement plus efficace que les mesures ­alternatives (masques, distance, lavage des mains, ­équipement de protection des soignants). »

1/

@Roland

@marsxyz lecourrier.ch/2020/11/19/vacci (pas encore trouvé le moyen de le partager, mais c'est Claire-Anne Siegrist, directrice du Centre de vaccinologie des HUG, Genève donc).

D'après elle, c'est pas un choix de ne pas l'éradiquer avec les vaccins envisagés, c'est juste pas possible actuellement, on ne sait pas encore si l'efficacité est suffisante.

2/2

@Roland

@im @Roland Mais mdr une dizaine de pays y sont arrivés sans le vaccin. Bien sûr que c'est possible, faut juste se mettre l'ambition et prendre les mesures nécessaires.

@marsxyz Le consentement éclairé, c’est la base. Si on commence à le remettre en question sous l’emprise de la peur, alors c’est une porte ouverte à toutes les dérives. Exactement comme pour la sécurité.

@Roland

@raph @Roland Ou alors on peut prendre des décisions rationnelles en ayant un débat démocratique sur des faits.

Personne t'a demandé ton consentement pour payer des impôts et pourtant personne ne viendrait dire que c'est la porte ouverte au totalitarisme.

@marsxyz Ça n'a strictement rien à voir. On parle là d'un domaine où des dérives peuvent subvenir à tout moment, pouvant nuire à l'intégrité morale et/ou physique voir même vitale de personnes.

Passer outre le consentement éclairé est dangereux. Et comme pour tout le reste, c'est en commençant par y faire exception qu'on en fera une habitude sur le long terme.

Rien ne t'interdira de te faire vacciner et donc de te protéger et protéger tes proches.

@Roland

@raph @Roland

1. C'est un problème de santé publique, pas une somme d'individus qui font des choix.

2. L'épidémie nuit beaucoup plus à l'intégrité vitale des gens que le vaccin.

3. Encore une fois il s'agit ici de dire qu'on ne peut pas avoir un débat démocratique basé sur des faits et de réduire le sujet à des choix individuels.

@raph @marsxyz @Roland
Sauf que la vaccination, par principe, est une défense collective. Ne mélangeons pas tout. Il faut donc le "consentement éclairé" de la collectivité à protéger, pas des individus isolés.

@marsxyz @tarage @raph Je vais nuancer mon propos. Il se peut que vous ayez raison mais : Avant de nous lancer dans des débats enflammés il faudrait savoir de quel type de vaccin on parle. Si c’est comme variole et polio et que ça donne une immunité totale pour la vie, OK. Mais si c’est un vaccin comme la grippe dont il faut faire un rappel chaque année c’est non. Il faudra le réserver aux personnes fragiles

@Roland @tarage @raph Si le but est d'éradiquer la maladie du continent, on aura pas besoin de se refaire vacciner chaque année

@marsxyz @tarage @raph Tu oublies le facteur « mutation ». En me documentant pour débattre de cette question je me suis rendu compte du manque d’information dont on disposait pour l’instant sur ces vaccins. J’ai sans doute ragé sur les verts un peu vite (a voir si j’efface mon post). Tant qu’on ne connaîtra pas l’immunité du vaccin notre débat ne sera que « philosophique » en fait

@Roland @tarage @raph Là ok.

Après personnellement je suis même plus radical que ça: même sans vaccin, il est possible d'éradiquer la maladie, comme le montre le cas de la Chine, Vietnam, Taïwan, Corée du sud, Nouvelle-Zélande.

Et en soit en Europe on en était pas loin en juillet aout. On a juste décidé de "vivre avec le virus" plutôt que de l'achever, et c'était une grosse erreur.

@tarage @marsxyz @Roland

1. Oui c'est un problème de santé publique. Comme pour l'alcool, comme pour le tabac, comme pour le sucre, comme pour la malbouffe. Qui font bien plus de ravages que l'épidémie, soit dit en passant.
2. Comme pour la plupart des remèdes / opérations proposés à des patients.
3. La santé concerne en premier lieu l'individu. Savoir l'éveiller au sens du collectif, ça se travaille, ça ne s'impose pas.

En précisant que je compte me faire vacciner, hein ?

@raph @tarage @Roland Pourquoi ça ne s'impose pas après un débat démocratique ? Encore une fois, personne ne viendrait dire les impôts sont la porte ouverte au totalitarisme

@tarage @marsxyz @Roland

Sauf que les impôts n'ont pas cette capacité de nuire à ton intégrité morale / physique une fois que les exceptions deviennent habitudes.

Car quoi ? Des épidémies nous allons en avoir de plus en plus. Il y aura cette exception, puis une autre, puis une autre encore. Jusqu'à ce que le consentement éclairé du patient soit totalement remis en question.

Les mesures d'exception finissent toujours pas s'inscrire dans le droit commun. Ça aussi c'est un fait.

@marsxyz @tarage @Roland

Il n'y a aucun sophisme dans ce que j'énonce précédemment. Jusqu'à présent que des faits.

@raph @tarage @Roland le fait de de dire que c'est une pente glissante ne constitue pas un argument en soit contre la vaccination.

@marsxyz @tarage @Roland

Normal. Je ne suis pas contre la vaccination. Je suis contre les exceptions sur le consentement éclairé.

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Framapiaf

Le réseau social de l'avenir : Pas d'annonces, pas de surveillance institutionnelle, conception éthique et décentralisation ! Possédez vos données avec Mastodon !