L'article de 1968 de Garrett Hardin sur la "tragédie des communs", totalement bidonnée ? twitter.com/mmildenberger/stat

@cquest « Bidonné » se dit lorsque l'auteur prétend avoir des éléments concrets et que ceuix qu'il présente sont inventés. Dans « La tragédie des communs » (toujours cité, jamais lu), Hardin ne présente aucun élément concret. Son article est une pure expérience de pensée, reflétant ses préjugés personnels. Ce n'est pas une étude de cas concrets. C f. mon livre p. 247-248.

@cquest Voir aussi twitter.com/bortzmeyer/status/

Franchement, je suis surpris que tout le monde s'agite aujourd'hui sur ces soi-disant révélations. Toute personne ayant lu l'article de Hardin savait que ce n'était que du délire perso.

Suivre

@bortzmeyer @cquest
Personnellement on m'as appris ça en cours d'économie dès le lycée, à côté d'autres théories, celle ci m'as toujours paru tout à fait légitime. Comme quoi, il faut toujours avoir plus d'esprit critique...

@Tbarnouin @bortzmeyer @cquest
J'ai découvert cet article bien plus tard que mes études en lycée, en me disant que ce point de vue pouvait refléter quelques réalités.

Je n'avais pas pris beaucoup de précautions concernant cet article (donnant à l'auteur un certain crédit qu'au final il n'a pas). Merci de relever cela !

@Tbarnouin @cquest En général, les cours d'économie ont la même scientificité que ceux de religion.

Pour des études de communs réels (pas des raisonnements théoriques), voir par exemple le livre d'Elinor Ostrom « La Gouvernance des biens communs : Pour une nouvelle approche des ressources naturelles  », De Boeck, 2010 (assez trapu, attention, pas un roman, pas une jolie histoire comme chez Hardin)

@bortzmeyer @cquest
Je te trouve un peu dur, on m'as toujours poussé à avoir un maximum d'esprit critique, et rabâché que tout ce qu'on apprenait n'étaient que des théories qui souvent collaient assez mal à la réalité. Mais c'est sûrement pas le cas partout en effet.

Merci pour le conseille lecture !

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Framapiaf

Framapiaf est un service de microblog similaire à Twitter. Il est libre, décentralisé et fédéré. Il permet de courts messages (max. 500 caractères), de définir leur degré de confidentialité et de suivre les membres du réseau sans publicité ni pistage.