Suivre

« Voici l’espace de notre temps, et voilà la condition qu’il nous offre. Reste à savoir comment faire plus qu’y survivre. »

La conclusion d’Olivier Razac dans Histoire politique du barbelé. fort intéressante (200p, limpides) dont il faudra que je vous dise plus et que je conseille vivement.

Merci à @felix et @lunar qui en parlaient ici, je crois :)

Bon, si je suis sage (et vous aussi), je me chauffe pour vous faire un fil sur Histoire politique du barbelé un peu plus tard.

(même qu'on y parlera moutons et Foucault, histoire de faire plaisir à @quota_atypique)

Afficher le fil de discussion

Donc, ce fil.

Le livre d’Olivier Razac étudie les effets politiques d’une technologie donnée. Ici, le rôle du barbelé dans 1. le génocide des Indiens d’Amérique 2. les trachées de 14-18 3. les camps nazis.

Avec p. 25 l’idée centrale : « Les meilleurs dispositifs de pouvoir sont ceux qui dépensent la plus petite quantité d’énergie possible (matériellement et politiquement) pour produire le plus d’effets de contrôle et de domination possibles. ».

CW parce que flood et aussi c'est PAS JOYEUX.

Afficher le fil de discussion

Histoire pol du barbelé, génocide 

=> Quels effets a le barbelé comme dispositif ?

1. Il radicalise la frontière comme séparation de l’espace. Il est un outil d’inclusion et d’exclusion si fort qu’il est une question de vie / mort.

Par ex, l’idéal démocratique américain qui se veut fusionnel (inclusion radicale par l’idéal de l’égalité des conditions) donc destructeur (exclusion meurtrière de toute autre solidarité, historique, familiale, liée au sol ou aux « particularismes traditionnels »).

Afficher le fil de discussion

Histoire pol du barbelé 

2. Il animalise des sujets politiques. Ptet le développement le plus intéressant du bouquin alors on s’accroche.

On commence par l’idée de marque vs action.

La clôture traditionnelle (genre, un muret) est une séparation solide mais passive. Elle est une marque : elle témoigne de la capacité d’un pouvoir à délimiter des zones de droit. Le muret te dit « stop, t’as pas le droit de passer ». Si tu la franchis, toi, sujet juridique, tu fais quelque chose d’illégal.

Afficher le fil de discussion

Histoire pol du barbelé 

Le barbelé est une séparation active. Pas marque mais action : il témoigne de la capacité d’un pouvoir à agir sur un corps sensible. Il te dit « stop, si tu passes, tu auras mal ». Si tu la franchis, toi, animal, tu souffriras.

On passe d’un contrat juridique entre souverain et sujet (es-tu obéissant ?) à une gestion biologique d’une population vivante, sensible (es-tu sain / malade, productif / inutile…).

C’est ce que Foucault appelle la biopolitique (à peu près).

Afficher le fil de discussion

Histoire pol du barbelé 

Si on reprend le 1. on arrive à : une exclusion radicale de formes de vie dangereuses vs une inclusion radicale des formes de vie à protéger.

Là, l’auteur rappelle : le barbelé est un outil agricole, à la base. Il déploie donc un dispositif pastoral.

D’un côté, la meute de bêtes sauvages du dehors. De l’autre, le troupeau docile des bêtes productives. Entre, la barrière protectrice du pasteur bienveillant.

=> « Les inclus ne sont pas moins animalisés que les exclus ».

Afficher le fil de discussion

Histoire pol du barbelé, génocide 

On débouche sur une biopolitique de la vie du troupeau vs une politique de la mort des bêtes sauvages. Ex : le mythe de « l’Indien sauvage » (bête féroce à tuer) qui gâche des terres que la civilisation (troupeau productif et vivant) saurait valoriser.

Du coup, « plus nous sommes protégés, plus nous avons peur de ne plus l’être ». Plus on se préoccupe « pas tant de la participation à la vie de la cité, mais de savoir de quel côté des barbelés on se trouve ».

Afficher le fil de discussion

Histoire pol du barbelé, camps nazis 

3. Il hiérarchise la vie, en plus de séparer. Là, on renvoie à Foucault et au traitement des malades : pestiférés vs lépreux.

- la peste -> exclusion (quanrantaine), on sépare et on rejette dans un but de survie
- la lèpre -> administration (quadrillage), on distribue et on trie dans un but d’efficacité

Par ex : le barbelé des camps nazis hiérarchise l’espace et les vies (quartiers…), pour ancrer le tri et la sélection dans l’échelle entre la vie et la mort.

Afficher le fil de discussion

Histoire pol du barbelé 

On ajoute aujourd’hui un troisième traitement (et Olivier Razac développe une partie sur la géolocalisation) :

- la variole -> prévention (vaccination), on surveille et on contrôle (par ex la circulation) dans l’idée que tout le monde est un risque, un convalescent.

Je résume assez mal, mais cette partie du bouquin ne sera pas sans rappeler La Zone du Dehors :)

Afficher le fil de discussion

Histoire pol du barbelé 

4. Il virtualise l’espace. En gros : le barbelé est matériellement léger (c’est surtout du vide), mobile, souple, plutôt discret mais très réactif.

Ces 5 critères peuvent s’appliquer à n’importe quelle technologie de contrôle / autre.

Bon, là le + pertinent pour moi est sa question : comment une technologie allège la présence en acte du pouvoir tout en augmentant sa capacité de contrôle ?

Ex : utiliser la portée symbolique du barbelé pour créer un sentiment de sécurité.

Afficher le fil de discussion

Ce fil est déjà beaucoup trop long. J’ai certainement zappé des trucs, mais pour ça, faut lire le livre ;)

Il est accessible et pédagogique et même pas cher.

Sur ce, MANGER.

Afficher le fil de discussion

Pour en rajouter sur le fil d'@arden sur Une histoire politique du barbelé : ce livre constitue un contre-argumentaire très efficace au dogme « la technologie est neutre ».
Le livre montre comment ce qui s'appelle couramment « la conquête de l'Ouest étatsunien » n'aurait pas pu se faire sans l'invention du fil barbelé. C'est la capacité à délimiter de grands espaces très rapidement qui a permis l'expansion coloniale et capitaliste.

L'existence d'une technologie détermine un certaine organisation sociale.

Et ça va dans l'autre sens : sans l'élevage, personne n'aurait eu besoin de mettre au point le fil à barbelé. Une organisation sociale produit certaines technologies (et pas d'autres).

Ce livre devrait être étudié dans tous les cours d'« éthique de l'ingénieur » en fait.

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Framapiaf

Le réseau social de l'avenir : Pas d'annonces, pas de surveillance institutionnelle, conception éthique et décentralisation ! Possédez vos données avec Mastodon !