La photo a été trouvé lors de la démolition de la vielle demeure après le décès du propriétaire il y a des années.
Photo ancienne en noir et blanc, tachée comme avec de la rouille.
On y voit une belle femme, brune, le teint pâle au yeux clairs. Ses cheveux forment de belles boucles autour de sa tête. Elle porte une robe simple, légère et blanche. Ses pieds sont nus sur l'herbe du parc. Derrière elle la maison de la personne décédé. Il fait beau.
Cliché.

Toutes les nuits de pleine lune elles se rassemblent au bord de la mer dans l'espoir de voir le bateau fantôme qui leur ramènera le corps de leur fils, mari, fiancé disparus en mer.
Sous la pluie, le vent, le froid elles attendent silencieuses. Invisibles.
Fantômes elles mêmes d'une histoire passée. Oubliées.

Le passager du tapis volant autonome n'a pas survécu au crash.
Cette nouvelle ne va pas faire les affaires de Benjamin qui a ouvert un magasin de vente de T. V. A il y a un an. Déjà qu'il est ric-rac financièrement, là, avec les polémiques qu'il va y avoir il est certain de devoir fermer. Les potentiels clients vont devenir frileux. Il va passer plus de temps à les rassurer qu'a vendre. Pas bon du pour le business.
Quelle idée il a eu celui là d'aller percuter cette montagne ?

@FFShukke_reboot
Avec un peu de chance elles vont en faire plus qu'il n'en faut. 😋

@jesuismonsieurb
Perso j'aurais laissé un espace blanc mais je sais pas si c'est légal.

La horde se dirige vers son campement d'hiver. À sa tête la matriarche trace la route. Elle est la boussole du groupe. Ils la suivent en confiance.
Elle est soucieuse, beaucoup de repaires ont disparu. Elle préfère se déplacer la nuit. Les étoiles eux ne changent pas.
Vingt-huit. Les derniers.

@jesuismonsieurb
Sûrement mon esprit biscornu alors. Je ne vois que ça.

@jesuismonsieurb
Bonsoir. J'arrive avec un peu de retard mais quelque chose à voir avec du jour ?

Alors qu'il fume sa cigarette à la fenêtre de son meublé il voit une voiture de gendarmerie se garer sur le parking au bas de l'immeuble.
Il sait qu'ils sont là pour lui.
Plus de deux ans qu'il a tout quitté, femme, enfants, famille, travail...., sans prévenir. Quelqu'un a du demandé un avis de recherche et ils ont fini par le trouver. Pas grave. Ils n'en sauront pas plus. Aucun besoin de revoir qui que se soit. D'expliquer.
Il prend son casque de moto et part voir ailleurs.

L'homme qui tient les rênes n'a pas grand chose à faire. Les chevaux connaissent aussi bien le trajet que lui. Ses pensées errent dans la nuit.
Son esprit patrouille et veille au dessus de la plaine autour de lui. Encore quatre heures et il pourra se restaurer et se reposer.
Les passagers de la diligence somnolent, bercés par les mouvements du véhicule. Ils ont payé pour une destination qu'ils ne verront jamais.
Le cocher fera se qu'il a faire comme toujours depuis des siècles.

Avant ont été collé et il fallait copier des centaines de lignes sans faire de fautes.
À la moindre faute il fallait tout Recommencer.
Aujourd'hui c'est l'inverse on copie puis on colle. À la moindre erreur ce sont des milliers de gens qui sont touchés.

L'appartement est au dernier étage de l'immeuble de trois stages. Mansardé avec deux fenêtres de toiture qui le rend plus lumineux et spacieux qu'il ne l'est. Jeanne et Jean y ont habité depuis le jour de leurs fiançailles il y a plus de soixante ans. Jours simples et heureux.
Aujourd'hui il est vide.
Ils ne sont plus.
Ensemble ils ont décidé de le quitter.
Ensemble ils resteront à jamais.

Déplier
Framapiaf

Le réseau social de l'avenir : Pas d'annonces, pas de surveillance institutionnelle, conception éthique et décentralisation ! Possédez vos données avec Mastodon !