George Abitbol utilise framapiaf.org. Vous pouvez læ suivre et interagir si vous possédez un compte quelque part dans le "fediverse". Si ce n’est pas le cas, vous pouvez en créer un ici.

George Abitbol @cyclimse@framapiaf.org

Je me souviens surtout d’odeurs, de sensations plus que d’anecdotes précises. D’autant plus que je ne suis pas resté longtemps au Texas.

Bien joué Peter, l’enquête touche à sa fin! On va devenir célèbres!

Je vous interromps, excusez-moi, mais cet épisode nous a déjà été raconté par Hugues. Peut-être pourriez-vous nous parler de ce qui vous est arrivé après ce repas dans la bonne auberge, hein?

Tout compte fait, je préfère garder mon flingue. Désolé. Et je vais partir avec mon cheval, vieux.

J’espère que ce témoignage va vous faire progresser. Tous les moyens sont bons pour arrêter le meurtrier.

Bonsoir George, j’aimerais beaucoup vous parler.

Bonjour, vous êtes bien chez Steven, je ne suis pas là, mais vous pouvez laisser un message après le bip sonore. Merci, au revoir.

On va interroger des tas de gens, tous ceux qui l’ont aimé, qui l’ont haï, bref tous ceux qui l’ont approché … qui l’ont connu. Ça fait déjà du boulot.

J’adore les duels inoffensifs. Et maintenant, casse-toi.

J’ai entendu parler d’un type, un dénommé Joël. Il avait un ami manchot.

Et alors, je suis pas votre bonne!

Mais comprenez-moi mes amis, c’est mon fils, ma bataille, c’est le fruit de mes entrailles quoi.

Dites-moi, votre père, où il était pendant que vous vous battiez?

Bref, en un mot comme en cent, nous nous mîmes en route promptement.

Alors une, tu poses mon bouquin d’exercices isométriques tout de suite. Merci. Et deux, on pourrait savoir ce que tu fais dans mon bureau, s’il te plaît?

Quand je serai célèbre, je me ferai des meufs! Mmh je ferai des folies! Talalalalalalalal…

Dans ce film le héros meurt au début et des journalistes décident d’enquêter sur ses dernières paroles, comme dans Citizen Kane. J’appelle ça du plagiat.

Sur mon front il y a pas marqué radio-réveil.