Suivre

Un peu d' : « L’athazagoraphobie, la peur d’ĂȘtre oubliĂ©, est devenu quelque chose de grave chez les plus jeunes. [
] Les pĂ©dopsychiatres expliquent que le fait ne plus ĂȘtre "suivi" peut ĂȘtre vĂ©cu par les ados comme un vĂ©ritable bannissement. Être en permanence likĂ©, commentĂ©, suivi, a un cĂŽtĂ© "fun" mais aussi extrĂȘmement compĂ©titif. [
] Et on finit par assimiler la valeur de sa vie au nombre de signaux numĂ©riques qui nous parviennent de ces plate formes. » sur parismatch.com/Actu/Sciences/A

· Web · 2 · 4 · 0

@danslerush et instagram qui compte supprimer les j'aime ❀ ça va etre un beau cataclysme 🙄

@doomyflo @KazukyAkayashi : Je dirais mĂȘme qu'on en est Ă  la sociĂ©tĂ© de l' "apparaitre" 😓

@KazukyAkayashi : NĂ©cessairement vu qu'on te pousse au nombrilisme donc au repli donc Ă  l'autopromotion pour faciliter l'implication et donc la monĂ©tisation đŸ€”

@doomyflo

@danslerush Cyril Dion en parle dans son "Petit manuel de résistance contemporaine".

Il parait mĂȘme que pour leurs vacances ils laissent les accĂšs Ă  leurs comptes pour que des amis continuent de publier Ă  leur place...

@raph : Je n'ai pas lu ce livre mais ça ne m'Ă©tonne pas, ne SURTOUT pas disparaitre des radars 😓

@danslerush C'est trÚs difficile de se dire que les jeunes gÚrent leur présence sur les web comme une entreprise le ferait.

Ça les dĂ©shumanise totalement... Leur ombre compte plus qu'eux-mĂȘmes.

Inscrivez-vous pour prendre part Ă  la conversation
Framapiaf

Framapiaf est un service de microblog similaire à Twitter. Il est libre, décentralisé et fédéré. Il permet de courts messages (max. 500 caractÚres), de définir leur degré de confidentialité et de suivre les membres du réseau sans publicité ni pistage.