Cette dérive autoritaire est sans précédent depuis les grandes grèves de 1947-1948, quand un socialiste, Jules Moch, alors ministre de l'intérieur, avait envoyé les troupes pour mater les mineurs. À l’exception notable des guerres coloniales, cette intervention sanglante était la dernière. Jusqu’à ce jour, donc.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, avec l’application partielle du programme du Conseil national de la résistance (CNR), l’État a cherché à apaiser la lutte des... 1/2

... classes par la construction d’un système de protection sociale fort et paritaire. L’armée, dont la fonction est de combattre un ennemi, a dès lors été exclue de la gestion du maintien de l’ordre. Son retour est symptomatique de la fin de ce compromis et de la résurgence d’une « guerre sociale » découlant de la mise en œuvre systématique d’une politique de dérégulation économique au profit des plus fortunés.
2/2

@Mediapart La lettre hebdo| 22 mars 2019, rédaction de Mediapart

Suivre

Bonjour,

vous vous réveillez dans un pays qui envoie l'armée pour mater une manifestation

Respirez fort,

Ça va mal se mettre...

Bonne journée

@djayroma
On envoie toujours pas l'armée contre les manifestations. Maintenant l'emploi des forces armées dans ce cadre est discutable.

@djayroma ça sert à quoi de faire du catastrophisme et de déformer la réalité ? Je vois bien l'intérêt dans un but d'échauffer les esprtis et espérer un débordement.
Et ensuite qui sera gagnant ?
C'est totalement irresponsable.

@djayroma vous ne constatez rien du tout. L'opération Sentinelle ne sera pas chargée du maintien de l'ordre, ses missions ne sont pas changées. Les illuminés qui disent le contraire (y compris certains généraux en mal d'attention médiatique) sont des pyromanes.

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Framapiaf

Framapiaf est un service de microblog similaire à Twitter. Il est libre, décentralisé et fédéré. Il permet de courts messages (max. 500 caractères), de définir leur degré de confidentialité et de suivre les membres du réseau sans publicité ni pistage.