En terme de communication, j'ai de la peine avec le terme « logiciel libre », ça ne veut rien dire, ça fait penser à du gratuit et c'est très mauvais en terme de communication. Et en fait un logiciel libre n'est pas libre d'utilisation, il est utilisable selon les termes de sa licence.

Du coup je propose un nouveau terme « la transparence logicielle ». Ça n'induit pas de gratuité, ça indique l'ouverture et la transparence (l'accès au code source), et ça donne un aspect démocratique.

@siegi Non, en français, libre ne fait pas penser à gratuit. La confusion n'existe qu'en anglais.

@siegi Et je trouve personnellement que c'est au contraire excellent en terme de communication, en mettant l'accès sur la liberté, et non pas sur des détails techniques (comme l'accès au code source), on met en avant un objectif politique.

Suivre

@bortzmeyer pour en ajouter, il existe nombre de licences qui rendent le logiciel "transparent" (il est possible d'en étudier le code) mais pas du tout libre (on ne peut ni le modifier ni le redistribuer). Je trouve le qualificatif libre bien plus adapté et transparent dans sa signification.
@siegi

@djiko_iko

@bortzmeyer @siegi

Libre se distingue de propriétaire, privateur, enchaîné, prisonnier, dépendant, verrouillé, enfermé, bref de tout ce que les vautours de l'industrie informatique veulent pour nous, contre nous. Faire de nous des clients captifs, et surtout pas des utilisateurs libres.
Le libre est un outil d'émancipation informatique, il y a du politique au sens noble du terme dans ce mot.
Il est donc tout à fait pertinent car il dépasse les seules considérations techniques.

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Framapiaf

Le réseau social de l'avenir : Pas d'annonces, pas de surveillance institutionnelle, conception éthique et décentralisation ! Possédez vos données avec Mastodon !