Petit sondage pour les gens qui bossent dans l'informatique : au bout de combien de temps de métier avez-vous commencé à ressentir l'envie d'aller élever des chèvres dans le Larzac (ou toute autre activité du genre : ouvrir une micro-brasserie, devenir maraîcher, ouvrir des chambres d'hôte… bref, changer de métier pour aller vers un truc avec plus de sens) ?

@framasky
Est ce que ce n'est pas le propre de toute activité, une fois qu'on en a fait le tour ? On a envie de passer à autre chose, parce qu'on n'a plus rien à apprendre, et qu'on a besoin de renouveau. Je ne suis pas certain que ce soi lié à l'informatique

@djiko_iko Je sais que j’ai encore plein de trucs à découvrir en informatique mais ça ne m’empêche pas d’avoir envie de partir faire autre chose. Je pense sincèrement que c’est autre chose.

@framasky
Mais tu n'es plus devant une page blanch, ça reste de "l'informatique ". Il n'y a plus l'excitation de la découverte, d'un monde inconnu très attirant et en même temps angoissant.

Suivre

@djiko_iko Bof, j’ai largement de quoi faire et trouver des chemins que je n’ai pas encore explorés 🙂

· · Web · 1 · 0 · 0
@framasky @djiko_iko

L'informatique est un domaine jeune. Plus jeune que l'automobile, par exemple. On est loins, très loins, d'en avoir fait le tour. Par extension, tout ce qu'on fait, en informatique ou autre, est extrêmement primitif.

Par contre, la toxicité des participants, des acteurs du milieu, et l'omniprésence du capitalisme tranche avec nos aspirations véritables, et le sens premier du travail: contribuer à faire avancer le monde.

Quand on voit qu'il n'y a que 2-3 boîtes qui poussent des technos qui vont être utilisées partout, peu importe ce que les utilisateurs finaux ont à dire (Google, Facebook, etc.), ça donne l'impression aux petits acteurs du marché de ne plus avoir le moindre intérêt. Certains sont plus combatifs que d'autres, et cette combativité peut être liée à la passion aussi bien qu'au capitalisme.

Moi aussi, des fois, je me sens démuni, et je me dis que je devrais aller peler des châtaignes en forêt, en particulier quand je vois mon parcours professionnel absolument catastrophique. Mais l'informatique, c'est ma passion depuis que j'ai 5 ans (j'en ai 37), et baisser les bras revient à dire que j'aurai laissé le capitalisme me voler ma vie.

Et je ne sais rien faire d'autre.

Et je ne veux rien faire d'autre.

/kaamelott

C'est pour ça que le Libre est aussi important: sans lui, tout ce que les vrais geeks communistes (/s) ont créé l'aura été pour rien.

Du coup, les gens comme nous, qui, sur ce sondage, auront répondu "avant 10 ans", vont passer pour des vieux cons, des boomers, des connards de conservateurs à la "c'était mieux avant". Sauf que oui, c'était mieux avant. Les "nouvelles technologies" server less, les dev camp, les challenges et compagnie ne font que le confirmer.

Il ne faut pas laisser tomber l'informatique, surtout pas maintenant. Elle a besoin de nous pour assurer son équilibre. Sans les petits acteurs, l'informatique ne serait que la TV 2.0 dont rêvent les capitalistes.

Il y a des initiatives pour revenir à un web plus "équilibré" (#ActivityPub, notamment), mais il ne faut pas oublier que ce n'est pas la technologie qui est problématique, mais toujours l'humain. Donc, la technologie a besoin d'humains qui veulent changer les choses.

On a probablement tous eu envie de changer de métier. Alors de deux choses l'une: soit c'est parce que finalement, l'informatique c'est pas notre truc, auquel cas, effectivement, une conversion devrait être envisagée. Mais si vous êtes un informaticien dans l'âme, il faut persévérer. On a besoin de gens bien pour remplacer toute la population toxique du milieu.

Désolé pour ce long post utopiste, idéologique et tout mais j'avais besoin de m'exprimer 😊
Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Framapiaf

Le réseau social de l'avenir : Pas d'annonces, pas de surveillance institutionnelle, conception éthique et décentralisation ! Possédez vos données avec Mastodon !