Salut :mastodon: et le :fediverse: !

C'est la rentrée, alors petit coup dans le rétroviseur de l'été.

Sécheresse : que faire ?
Les records de sécheresse actuels vont devenir la norme dans plusieurs grandes régions agricoles françaises. Si freiner le changement climatique est une priorité absolue, l’inertie du système fait que nous n’échapperons pas à des sécheresses inédites de plus en plus fréquentes. Que faire ?

1/x

➡️ Qui consomme le plus d’eau en France ? 💧 💧 💧

L’agriculture est la première activité consommatrice d’eau en France : elle représente environ 80% de la consommation d’eau douce en été (50% à l’année). Comme manger est un besoin vital au même titre que boire, on aurait tôt fait de prioriser les usages agricoles devant d’autres usages. Mais il ne faut pas s’y tromper : la grande majorité des prélèvements agricoles ne concernent pas un besoin vital.

2/x

Suivre

➡️ A quoi sert donc l’irrigation en agriculture ? 🧑‍🌾 🚜

La plupart des cultures ne sont pas irriguées et se contentent des précipitations naturelles. Le maïs est l’éléphant dans le couloir. Cette plante peut être cultivée pour le grain (maïs grain) ou comme fourrage (maïs ensilage ou fourrage). Pour seulement 8,5 % des surfaces cultivées, le maïs grain représente près de la moitié des surfaces irriguées, avec un besoin centré sur la période critique de sécheresse (août).

3/x

· · Web · 1 · 3 · 0

➡️ A quoi sert tout ce maïs ? 🌽
Le maïs grain, principal consommateur d'eau, est destiné pour deux tiers à l'alimentation des volailles et des porcs dans les systèmes de production hors-sol largement majoritaires en France aujourd'hui.

4/x

L’alimentation humaine ne représente qu'à peine 10% des débouchés du maïs grain. L'élevage nous nourrit, mais avec un mauvais rendement : environ quatre calories végétales consommées pour une restituée. A apport nutritionnel égal, un régime plus végétal requiert nettement moins de terres, d'eau et de ressources.

5/x

➡️ Conclusion : quelle est LA première mesure d’adaptation aux sécheresses ? 🥇 ☀️

💡 Diminuer drastiquement la production et la consommation de produits d’origine animale. Réduire l’assolement de maïs, au profit d’autres cultures peu, voire pas consommatrices d'eau en saison sèche, et directement utilisables en alimentation humaine : blé, sarrasin, millet, sorgho…

6/x

Les maïsiculteurs et les éleveurs doivent-ils endosser la responsabilité du changement ?

⚠️ Non, le ministère doit impérativement les accompagner dans cette transition en :
1️⃣ compensant les manques à gagner
2️⃣ garantissant des prix minimums pour les cultures de substitution
3️⃣ planifiant une réduction concertée d’a minima 50 % du cheptel, au profit de petits élevages extensifs

Source :
Les Greniers d’Abondance, 2020, Vers la résilience alimentaire
Agreste, 2021,
Graph'agri, 2021.

7/7

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Framapiaf

Le réseau social de l'avenir : pas de publicité, pas de surveillance institutionnelle, conception éthique et décentralisation ! Gardez le contrôle de vos données avec Mastodon !