Lucas Bénard
Suivre

Cela m’agace ceux qui reprochent aux gens qui comme moi ont un smartphone Android avec tout les outils Google et consort installés de ne pas être "dégooglisés".

Pour cela il faudrait que j'ai le temps et la patience de me pencher sur le foutoir que certains appellent "documentation" pour savoir ce qui est compatible avec quoi, quels outils utiliser et surtout comment les utiliser.

Bref, avant de critiquer, si les solutions suggérées étaient moins pétées ce serai déjà un grand pas en avant.

@lucasbenard pas de la faute de la communauté si les smartphones sont complètement fermés. On fait avec ce qu'on a.
Dit ton modèle de téléphone et je peux t'expliquer si tu veux.

@lucasbenard

le grand pas serait que ceux qui te reprochent prennent en compte que vous êtes des centaines de millions dans ce cas
et qu'il vaudrait donc mieux construire un système et des machines qui rentrent vraiment dans la dégooglisation en simplifiant au plus grand nombre

D'un autre coté les centaines de millions comme toi devraient soutenir, financer, etc ceux qui prônent un Libre Autrement, que je prône, dans le désert

plutot que d'attendre que tout le tombe tout cuit dans le bec !

@lucasbenard Cépafô. Moi aussi j'ai autre chose à foutre de mon temps que de casser mon téléphone, et pourtant je suis un (vieux) « geek » sensible à ces questions...

@lucasbenard j'ai tout le bordel installé. J'utilise pas, c'est tout. De toute façon c'est verrouillé, donc.

Mais par contre j'utilise bien du libre à côté.

@lucasbenard C'est évidemment une connerie de culpabiliser ceux qui voudraient sortir du système mais qui ne savent pas comment. Il faut donc des solutions alternatives simples à mettre en œuvre et surtout il faut les expliquer. C'est que nombre d'asso locales essaient de faire.

@lucasbenard je suis d'accord avec toi… pour avoir déjà flashé des smartphones pour installer une ROM alternative (le seul moyen de réellement « dégoogliser » un smartphone Android puisque les Google apps y sont rarement inclus), je ne peux que confirmer que c'est une étape pénible, d'une part parce qu'il y a un risque de bricker le smartphone — bien que ce soit assez rare, et surtout à cause des constructeurs qui mettent pas mal de bâtons dans les roues de ceux qui tentent… 1/2

@lucasbenard donc pas à la portée de tous, malheureusement :( 2/2

@lucasbenard 1) installer F-Droid depuis son site d'origine. 2) piocher ds le catalogue et faire des donations / acheter les apps qui te plaisent. Qq unes : Firefox Focus, VLC, DavDroid, K9-Mail, Tusky, Osmand, silence, Flym, muPdf, LibreOffice Impress remote control, keepassdroid ...

@lucasbenard
La liberté de chacun c'est aussi le droit d'utiliser des produits Google.
Comme pour tous les produits, il faudrait pouvoir le faire en connaissance de cause, c'est aussi valable pour le "libre" et ce n'est facile ni d'un côté ni de l'autre.
C'est le principe du Yin et du Yang, tout n'est pas complètement blanc ou complètement noir. Google ou "libre", c'est autant une question de choix personnels que de compromis.
Le choix doit être libre sans pressions, d'un côté comme de l'autre.

@lucasbenard J'ai longtemps maintenu ma stack anti-google (mails, analytics, calendrier, téléphone, ...) et très franchement j'ai autre chose à foutre maintenant. Il faut des produits intégrés, des services de qualité et un business model pour financer tout ça. Certaines boîtes y arrivent (Mapbox par exemple), c'est un exemple à suivre.

@lucasbenard Il y a une solution très facile aujourd'hui : installer SailFishOS sur un Sony Xperia XA1 (279 €) ou tout Sony Xperia X. En plus, les programmes pour Android tournent dessus !

@lucasbenard il y a aussi ceux qui se plaignent sans chercher à dire quoi exactement et les personnes du projet ne le savent jamais et ne peuvent jamais le résoudre. On trouve de tout. Et si c'est autant cassé, c'est probablement voulu par les constructeurs en tous genre pour qu'on garde tel quel.
Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Framapiaf

Framapiaf est un service de microblog similaire à Twitter. Il est libre, décentralisé et fédéré. Il permet de courts messages (max. 500 caractères), de définir leur degré de confidentialité et de suivre les membres du réseau sans publicité ni pistage.