Suivre


Quand les gens découvrent qu'utiliser les services des GAFAM est préjudiciable à leur liberté d'expression:

François Ruffin: « Doit-on déléguer notre liberté d'expression aux géants de la Silicon Valley ? Demain, ce sera pour nous tous, cette censure numérique, et privée. »

C'est bien on avance.

Mais maintenant il va falloir qu'ils comprennent que ce sont LEURS CHOIX qui font l'hégémonie des GAFAM.

Des alternatives existent, encore faut-il DÉCIDER de les utiliser.

@sebsauvage c'est vrai que François Ruffin sur Mastodon ça serait pas mal... Mieux que Trump en tous cas 😅

@sebsauvage Si Google, WhatsApp, Facebook, instagram etc. ont des utilisateurs qui se chiffrent en milliards, ce n'est pas à cause des décisions de nos dirigeants. On est assez grands pour décider seuls si on veut héberger nos entreprises en France ou ailleurs, et pour décider des outils logiciels qu'on utilise.

Faut arrêter de toujours dire "c'est la faute du gouvernement, ouin ouin". Ce ne sont pas LEURS choix, ce sont les NOTRES, en tant qu'entreprises françaises. Un choix qui est fait à cause de simple effets de mode.

Si on arrêtait, en France, dans les offres d'emploi, de réclamer des compétences dans des stacks AWS, ou du SEO Google, et qu'on commençait à réclamer des compétences sur OVH cloud, par exemple, ça irait déjà mieux.
@sebsauvage Par extension, en ce qui concerne les particuliers, s'ils nous écoutaient, nous les geeks, quand on leur dit "Non, n'allez pas sur WhatsApp, n'allez pas sur Facebook, utilisez <service français X>", on n'en serait pas là non plus.

Mais qu'est-ce qu'on peut faire ? On est juste des rabats-joie, chez qui on vient pleurer quand ça marche pas, et on n'a même pas le droit de dire "On vous l'avait bien dit" sans passer pour des connards.

@richard @sebsauvage

Putain, c'est tellement ça. Ça me rend dingue aussi, tous mes potes qui pleurnichent du flicage sans rien vouloir changer à leurs habitudes par pur conformisme. J'ai décidé de m'en foutre : tant pis pour eux, ils peuvent pas dire qu'ils ne savaient pas en tous cas.

@attilax @sebsauvage Moi, je vais avoir le cas pas plus tard que demain avec belle-maman. Elle veut pouvoir communiquer de façon "moderne" avec ses petites-filles qui disent que "pouah les SMS c tro pouri lol" et que "skype c pour les entreprises", on a dû mettre belle-maman sur WhatsApp.

Faut savoir que belle-maman, elle est relativement concernée par la question des données personnelles: j'étais son employé avant (dev web), donc j'ai pu la sensibiliser à la question.

Sauf que maintenant, WhatsApp refourge les données perso à Facebook, ou te supprimes ton compte.

On fait quoi ? Parce que les filles, à mon avis, elles s'en battent les steaks, et ma belle-maman veut pouvoir parler à ses filles.

Donc la société actuelle c'est ça: parce que les jeunes s'en foutent de leur vie privée, les vieux sont obligés de larguer leurs données perso aussi, faute de quoi ils ne peuvent plus communiquer avec les jeunes.

Merde.

@richard
Les refourgue depuis 2016 en fait . Voir le lien sur mon fil
@attilax @sebsauvage

@richard @sebsauvage

je sais pas pour ça. Moi mes gosses, ils l'appellent et ils vont la voir en direct, la mamie. Elle a pas internet et elle s'en fout, donc c'est plutôt les gosses qui vont vers elle que l'inverse, de manière naturelle. Mes parents par contre, qui essaient des "intrusions" dans leur monde numérique se font jeter. Donc pas si évident...

@attilax @sebsauvage

Dans le cas spécifique de ma belle-mère, ses petites-filles ne sont pas du genre à garder le contact, à moins que ce soit selon leurs conditions (donc WhatsApp/Facebook et cie et rien d'autre)

@richard @sebsauvage

À mon avis, elle gardera pas plus le contact par numérique. Si les mômes s'en foutent IRL, ce sera pire en virtuel. Je le sais car c'est le cas de mes vieux : aujourd'hui ils aimeraient être proches de mes enfants, mais eux s'en contrefoutent. Et j'ai pas envie de les forcer. C'est sans doute lié au fait que ma belle-mère s'est souvent occupée d'eux petits et mes parents pour ainsi dire jamais, ou trop tard... Du coup maintenant ils rament.

@attilax @sebsauvage

C'est triste. Comme quoi, la fracture numérique n'est pas que technique, elle est aussi sociale. Comme tout ce qui est cassé sur Internet d'ailleurs.

@richard @sebsauvage

la preuve, ma belle-mère qui n'a qu'un téléphone fixe a elle des visites au moins deux fois par mois, et ça vient des gosses, pas d'elle ni de ma femme ou moi... Finalement, ce serait le contraire qui serait injuste, non ?

@richard
C'est pas faute d'essayer. Le problème c'est que, eux, ont de l'influence et des services qui paraissent faciles.
@sebsauvage

@echolib @sebsauvage

Presque d'accord: les services libres sont aussi faciles à _utiliser_ que les services privateurs.

Bon par contre, souvent, ils requièrent une installation hors de portée de personnes comme belle-maman... Et puis, ça manque d'appeal pour les jeunes.

@richard
Oui J'aurai du préciser pour les privateurs : faciles d'accès par l'installation, car à l'utilisation beaucoup de Libres sont au moins équivalents
@sebsauvage

@richard @sebsauvage
En fait, je dirais que le problème est le même quelque soit le domaine. Par exemple, dans celui de la culture (que ce soit la musique, le cinéma, le théâtre) ou de l'art : le grand public connaît ce qui est "mainstream". Pour ce qui est de l'informatique en général (j'englobe délibérément les réseaux sociaux et l'utilisation de certains OS), le phénomène est le même.

@Laurent_C @sebsauvage
Oui, tout à fait. Mais on peut aussi cultiver ses propres préférences. Fut un temps, ça faisait partie de l'éducation... ("on n'est pas des moutons", tout ça)

Les gens ne sont juste pas curieux. N'ont pas le temps, ou l'envie. Et c'est dommage, parce que leurs décisions ont désormais des conséquences sur eux mais aussi sur les autres.

@richard @sebsauvage
Disons qu'on leur sert de la soupe sur un plateau. Ça les arrange ! C'est tentant, pas besoin de se fatiguer
Après, je ne suis pas sûr que le phénomène soit si nouveau.

@Laurent_C @sebsauvage Par "phénomène" tu veux dire le manque d'envie des gens pour cultiver leurs préférences ? Si c'est le cas, non bien sûr, c'est pas nouveau. Ce n'est pas défendable pour autant.

C'est juste très frustrant, sachant qu'il y a des alternatives, mais qu'on ne fait que gueuler dans le cul des poneys.

@richard @sebsauvage
Par phénomène, je veux dire le manque de curiosité, l'envie de chercher autre chose de ce qu'on leur propose. Je vois, dans les années 1990 / début 2000 (quand j'habitais encore en France), je travaillais dans le milieux socio-culturel (d'abord dans un Centre Socio-Culturel puis dans une MJC). Il n'était pas évitant de faire venir du public à des évènements avec artistes qui n'étaient pas, comment dire, médiatisés. Alors que nous avions l'éducation populaire pour mission.

@richard @sebsauvage
Les solutions françaises ne sont juste pas au niveau d'AWS. Puis même si c'était le cas, comment convaincre des entreprises françaises quand l'État français lui-même ne fait pas confiance à ces entreprises ?

Par ailleurs, y a une différence entre les GAFAM utilisateur et les GAFAM hébergeur. Dans le premier cas, la solution est que les utilisateurs cessent d'utiliser les services en masse. Dans la seconde, suffit de chiffrer les données.

@pulsar @sebsauvage Bah je m'excuse mais je trouve l'offre cloud d'OVH très convaincante, avec une bonne API documentée. Bon après je me trompe peut être...

@richard @sebsauvage
La force d'AWS ce n'est pas que son API. Il y a des services qui ne sont pas matures chez OVH ou qui n'existent tout simplement pas. Pour ma part j'ai entendu beaucoup de collègue ou amis se plaindre d'OVH alors que jamais d'AWS. Ce n'est pas pour rien que les opérateurs de Cloud français ont tendance à monter leur propre infrastructure.

@sebsauvage Exactement ce que j'ai pensé en voyant son tweet...

@sebsauvage et nos choix aussi. Comment légiférer sur des sociétés faisant plus de 75% de part de marché?

@sebsauvage
Sans oublier ses posts repris par son bot sur masto alors que de souvenirs on l'a jamais vu ici.

social.jesuislibre.net/@franco

@Lord Je suis d'accord avec toi sur le fond, mais je trouve que tu es trop optimiste quant au rôle que peux jouer l'éducation nationale dans ce domaine. de par mon expérience de parent d’élève, je suis sidéré par ignorance du monde de l'enseignement (du primaire jusqu'au lycée) quant aux enjeux d'internet et du numérique en général. A part dire "faites attention à ce que vous postez sur Facebook!", ça va rarement très loin. Il y a surement des exceptions, mais personnellement, je n'en ai pas rencontrées.
@Lord Une bonne partie de se que tu dis peut déjà être fait durant les cours de SVT par exemple, sans attendre qu'un ministre donne l'ordre de le faire. je pense qu'il ne faut pas "mythifier" le corps enseignant, il est à l'image de la société. C'est-à-dire aussi englué dans ses contradictions "consuméristes" et peu enclin à faire l'effort nécessaire d'en sortir. Bien sûr, il y a des exceptions, je le redis, mais ça reste globalement des exeptions.
@lotfi Ouaip, les enseignants sont plutôt des gens normaux dans l'ensemble. Et parfois, c'est chiant. M'enfin bon, c'est la société qui veut ça. Dans la vraie vie, dire qu'on n'a pas de compte Whatsapp ou de compte Google, ne revient jamais à passer pour quelqu'un de cool. Alors que très franchement c'est pas comme si Whatsapp c'était cool.
Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Framapiaf

Le réseau social de l'avenir : Pas d'annonces, pas de surveillance institutionnelle, conception éthique et décentralisation ! Possédez vos données avec Mastodon !