Suivre

«Il ne faut jamais débattre avec l'extrême-droite.».

Un EXCELLENT article qui démonte les différents leviers qu'utilise l'extrême-droite contre nous pour s'imposer dans les débats et conquérir les esprits.

medium.com/dépenser-repenser/i

@dada @sebsauvage c'était avant que tous les média soient complices 😞

@sebsauvage partie importante : «Attention, avant de commencer, il faut qu’on se mette d’accord : à chaque fois que je vais parler de “débat”, je vais parler de débat public. Débattre en privé avec l’extrême-droite ne comporte pas les mêmes dangers. Car, les dangers qu’on va étudier viennent exclusivement du fait que l’on tienne ce débat devant un public.»

« On ne fait pas de débats publics pour savoir si 1+1=3, ou pour savoir si la Terre est ronde. Parce que sinon ça veut dire qu’on accepte qu’il est possible que 1+1=3 ou que la Terre soit plate. Débattre avec quelqu’un d’extrême-droite sous entend que, si ça se trouve, il a raison. »

medium.com/d%C3%A9penser-repen

#politique #extrèmeDroite #fascisme #nazisme #débat #média #médiaSociaux #médiasSociaux  #rhétorique

(cc @sebsauvage)

@DaD @sebsauvage
Je trouve cet article formidable et je le ressort régulièrement pour expliquer ce point que je défends absolument.
La dernière fois ça m'a valu 2 jours de prise de tête avec un masto qui trouvait que j'étais vraiment trop méchant et que, si bien sûr, il fallait discuter pour prouver qu'ils ont tort (spoiler : ça marche pas).

@matiu_bidule

J'espère que c'est pas moi le masto en question ?
(vu que ce n'est pas du tout ma position)

pavé 

@sebsauvage Article intéressant en ce qu'il résume bien le contenu de l'Alt-Right Paybook.

Maintenant, plusieurs arguments sont vrais, mais ne mènent pas nécessairement à la conclusion de l'auteur. En fait, la plupart des arguments ne s'appliquent pas spécifiquement à l'extrême-droite mais à tout débat public politique.

De l'argument 1 on peut conclure : n'accepter des débats que sur des sujets sur lesquels on tient une position minoritaire, et bien se rappeler qu'un débat est une joute rhétorique qui n'a rien à voir avec la vérité.

L'argument 2 conduit à conclure qu'on ne doit accepter de débattre qu'avec ceux qui ont une plus grosse audience.

L'argument 3, rien à dire. C'est une bonne réponse à faire quand une personne d'extrême-droite fait ouin ouin quand on ne veut pas débattre avec elle.

Argument 4 : cette utilisation de la « loi de Brandolini » a un point aveugle énorme : on peut défendre une position de gauche en disant des conneries. Pourvu que ces conneries convainquent. Tout ce que je retiens de cet argument, c'est que quand on accepte un débat il faut être bon en rhétorique. Essayer de réfuter une punchline par 20 minutes d'explications, c'est être mauvais en joute verbale.

Argument 5 : c'est en effet souvent une erreur stratégique d'accepter un débat quand on a une position qui est dans la fenêtre, et pas l'adversaire. Hélas, ça fait longtemps que des positions d'extrême-droite sur l'immigration sont passées dans la fenêtre, tandis que des positions de gauche comme l'interdiction du profit n'y sont plus.

Tout ça pour nuancer le propos de l'article avec lequel je suis globalement plutôt d'accord. Je n'ai aucun problème à ce que des groupes d'extrême-droite se fasse bannir de certaines plateformes dans certaines conditions. Mais le titre de l'article me paraît être une généralisation abusive alors qu'il faudrait considérer chaque cas particulier.

Étude de cas : un petit streamer progressiste à 100 viewers se fait clasher par un youtubeur d'extrême-droite à 100k vues. Il invite ce dernier à débattre sur sa chaîne Twitch. Piégé par ses déclarations en faveur de la liberté d'expression, l'autre ne peut qu'accepter. Lors du débat, il est nul et se fait démonter sur tous les points, sur des questions comme « l'islamisation de la France est un problème » ou « le rap est une musique violente, sexiste et homophobe et les progressistes ont tort de la défendre ». Le petit streamer gagne en audience et le gros youtubeur s'efforce de faire oublier cet épisode gênant.
Est-ce que le petit streamer a eu tort ? Je ne pense pas. En fait, il a agi en accord avec tous les arguments de cet article Medium, il a juste su penser la situation plutôt que guider son action par des slogans génériques comme « il ne faut jamais débattre avec l'extrême-droite ».

@sebsauvage Le débat étant de trouver un compromis¹, débattre avec l'extrême droite c'est déjà donner à leurs idées suffisamment de légitimité pour ne pas tout rejeter… 🤮

1. Ce que l'ED ne fera jamais, ces imbéciles s'en cognent des faits. Ils s’accrochent à leurs idées de merde quoi qu'il arrive. Ils ne débattent pas, ils ne font que beugler leurs propagande en comptant sur la loi de Brandolini, et en utilisant « le débat » comme excuse pour avoir un public tiers en espérant convaincre.

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Framapiaf

Le réseau social de l'avenir : Pas d'annonces, pas de surveillance institutionnelle, conception éthique et décentralisation ! Possédez vos données avec Mastodon !