Suivre

Ne vous laissez pas prendre au piège du !

La coopérative peut être un moyen de faire de l'outil de travail une propriété commune, et ça c'est cool.

À l'inverse, certaines coopératives visent à transformer un service public, propriété commune de la nation, en propriété privée.

Quand une entreprise comme présente la privatisation du rail comme « une formidable opportunité » pour des « services librement organisés », on sait de quel côté elle se place.

· · Web · 2 · 11 · 3

@tham Moui et non... De quel côté tu rangerais #Enercoop, dans ce cas ?

Si le service public est déjà démoli (l'ouverture du rail à la concurrence *et* la SNCF avec des employés plutôt que des fonctionnaires, c'est une réalité contre laquelle il est de plus en plus dur de lutter), c'est p-e une manière de refaire du commun ?

Démolir un service public ça se fait pas du jour au lendemain, c'est un processus long qui s'étale sur des dizaines d'années.

Pour comprendre comment s'inscrit dans ce processus, je recommande chaudement le visionnage de cette inverview de Gilles Balbastre par Julien Brygo.

(la lecture démarre sur le sujet Enercoop)

youtu.be/hPy4qWJwUkA?t=1320

@jaxom_kaplan

@tham C'est un peu le principe des coopératives qui sont faits avec des clients au lieu de seulement avec les travailleurs de la coop.

Y'a une différence après tout. RailCoop aura 5 collèges qui ont se partagent équitablement les votes: clients, travaillleurs, association, collectivités et entreprises.

Donc, en effet, ce ne sont pas les travailleurs qui décident, ou même les clients.

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Framapiaf

Le réseau social de l'avenir : Pas d'annonces, pas de surveillance institutionnelle, conception éthique et décentralisation ! Possédez vos données avec Mastodon !