Déplier

Toki,

Je disais donc que la particule “e” introduit le complément d’objet.
Par exemple, en sitelen pona, mon exemple précédent donnerait :

👈🍽⏩️💧➖️je bois de l’eau
👆▶️👀⏩️👈⏩️👉➖️il nous regarde, toi et moi.

toki !

La particule "e" précède les compléments d'objets directs :

mi moku e telo. = Je bois de l'eau.
ona li lukin e mi e sina. = Ils nous regardent, toi et moi.

Maintenant, on écrit en sitelen pona 🖼👍, ce qui donne :

💧▶️👍➖️l’eau est bonne
👈🍽⏩️🍽➖️je mange la nourriture.

Quand le sujet de la phrase n'est ni ´mi’ ni ‘sina’, on intercale la particule ‘li’ entre le sujet et le verbe :

1/ telo li pona / L'eau est bonne
2/ mi moku e moku / je mange de la nourriture (pas de ‘li’ et moku est à la fois verbe et complément)

Toki!
On peut transformer un nom en verbe et un verbe en nom, et comme il n’y a pas d’accords en , le mot reste inchangé. Par exemple, « parler » se dit « toki », et on peut former le nom « toki » à partir de ce verbe, que l’on pourrait traduire par « une langue » (c’est ce que l’on parle), ou encore par « la parole ».
Mi sona e toki pona / je connais une langue simple.
Donc les noms peuvent être des verbes, et inversement. , non ?

Puisque le vocabulaire est limité à 120 mots, on assemble ceux existants pour s'exprimer . Par exemple, "j'ai faim", c'est "mi wile moku" (je veux / dois manger").

Toki!
Je disais donc; les syllabes, formées à partir de 14 lettres de l'alphabet (j, k, l, m, n, p, s, t, w et a, e, i, o, u), sont faciles à prononcer pour un francophone.

Par exemple, pour dire un oiseau, on utilise le mot "waso" que l'on prononce "ouasseau », en accentuant le "oua".

A la prononciation d'un mot, on accentue toujours la 1ere syllabe en , aucun des 120 mots du dictionnaire officiel ne compte plus de 3 syllabes.

En , les lettres se prononcent globalement comme en français, sauf le j qui se prononce comme le y de "yeux" , le e qui se prononce "é" et le u qui se prononce "ou". Simple !

Ce qui préserve la simplicité de , c'est une certaine résistance, contre-intuitive, à la création de nouveaux termes, à l'inverse des langues naturelles.

Donc, par exemple, et puisque la fonction du mot est définie par sa place dans la phrase :
toki pona = la langue de la bienveillance / la langue du bien.
pona toki = la bonté parlée (reste à voir quel sens a réellement cette phrase :-)).

Toki! Sina pilin seme?
En toki pona, un même mot peut à la fois être un nom, un verbe, ou un adjectif et il n'est jamais accordé. C'est la position du mot dans la phrase qui définit sa fonction.

Le toki pona est ma tentative philosophique de comprendre le sens de la vie en 120 mots.

Bonjour, quelle « bonne » instance peertube me conseilleriez vous ?

Déplier
Framapiaf

Le réseau social de l'avenir : Pas d'annonces, pas de surveillance institutionnelle, conception éthique et décentralisation ! Possédez vos données avec Mastodon !