Suivre

Ça vous dirait de réfléchir ensemble aux formats de discussion / débat qui peuvent être les plus adaptés pour favoriser l'écoute, l' et les échanges fructueux ?

J'ai récemment créé un groupe sur dans ce sens :

framavox.org/g/83s7tZUP/l-espr

Et là je planche sur un à lancer sur pour les élections

Vos avis et suggestions sont les bienvenues ! :P



@unutao Le plus important dans un débat, est qu’il y ait débat. Il n’y a pas débat avec des suites de monologues. Il n’y a pas débat si le temps presse. Il n’y a pas débat s’il faut conclure quelque-chose.
Pour qu’il y ait débat il faut du temps, l’assurance que ça pourrait se poursuivre des heures, des jours et des semaines si nécessaire.
Un lieu en plein air n’est pas à rendre à telle ou telle heure. Il n’y a pas de contrainte qui tue le débat avant d’être né.

Comme il n’y a presque jamais →

@unutao de débat, les participant⋅e ont énormément de choses à se dire. Un débat devrait donc commencer par des discussions libres tout azimut auto-organisées par groupes qui se forment et se reforment des heures durant.
Ensuite seulement il est réaliste que des assemblées puissent réellement débattre, argumenter, sur des sujets.

La forme va tuer ou laisser exister le débat. Pas de micros, chaque participant⋅e doit pouvoir prendre la parole sans la demander. Ça fonctionne même à grand nombre.

@unutao À mon humble avis, assumer et acter le fait que le débat sera long, une perte de temps, vain, inutile, infructueux, bordélique, et puisse ne déboucher sur rien de constructif est un élément clé.
Détaché de tout objectif chacune s’exprimera plus sereinement, écoutera plus sereinement.
Il n’y a rien à décider.
Ceci couplé à des discussions libres et qui durent puis à une forme de débat ouvert engendre des échanges constructifs, posés, sereins suscitant l’envie d’une suite. etc, etc.

@pilouff

Merci d'avoir pris le temps de répondre, pilouff !

Oui, je suis d'accord : pour laisser libre court à ses réflexions et être réceptif⋅ve à celles des autres, il ne faut pas se sentir contraint⋅e.

Et on ne peut être réellement ouvert⋅e que si l'on a pas déjà déterminé les conclusions.

Mais pour mettre les gens en confiance, ne pas laisser la timidité ou la méfiance l'emporter, donner goût à ces discussions qui pourront se poursuivre sans limites ensuite, quelle amorce adopter ?

@pilouff
Pour les , par exemple, j'ai pensé à un jeu-débat qui prendrait cette forme :

- JEU COOPÉRATIF : Comment fonctionne l'Union Européenne ?
- DÉBAT MOUVANT : L'échelon européen est-il pertinent pour répondre aux enjeux de société ?
- FORÊT THÉMATIQUE : Quelles devraient être les priorités de l'Union Européenne selon vous ?
- DISCUSSIONS APPROFONDIES en petits groupes

Voilà le détail : meetup.com/unutao/events/26105

Des suggestions par rapport à ça ?

@unutao Pas vraiment puisque sur le thème de l’Union européenne c’est très principalement un problème d’informations qui est rencontré.
Ça fausse toute discussion puisque s’invitent fausses informations, mythes, dogmes, croyances, espoirs, peurs, voire mauvaise foi. Sans oublier toutes les associations idéologiques interdisant toute approche pragmatique et honnête.
On observe la même chose pour l’échelle nationale ceci dit, à moindre mesure tout de même.

On parle de structure.

@unutao À mon sens il conviendrait de séparer les discussions selon ce qui est en place, ce qui devrait être dans un objectif neutre (une structure n’induisant pas, ou le moins possible, d’orientation politique), puis de ce qui est de l’ordre politique (ce qu’on cherche à faire avec).
Cependant l’existence même d’une telle structure, comme l’État, est déjà une détermination politique. Et comme ça repose sur des fonctionnements amonts, c’est donc l’inverse qu’il faudrait faire. Dé-structurer puis

@unutao réfléchir à ce que les groupes humains peuvent concevoir comme outils organisationnels, leur limites, pour quoi faire et à quels besoins ça répond.
Au moins conceptuellement.

Donc réfléchir à ce que pourrait être l’UE dans un monde imaginaire et broder le décorum de rapports de domination inavoués ça m’enchante moyen personnellement.

En revanche, la critique de l’UE peut mettre sur la voie de la critique des institutions humaines et des relations que ça induit.

Je suis pas pro UE… :p

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Framapiaf

Le réseau social de l'avenir : Pas d'annonces, pas de surveillance institutionnelle, conception éthique et décentralisation ! Possédez vos données avec Mastodon !