Suivre

J’aimerais entendre quelqu’un au ministère parler des élèves avec sincérité et empathie. Nos élèves, comme nous, sont en ce moment plutôt angoissés par la maladie, par la mort. Ils sont même touchés par le deuil. Quel temps leur a-t-on laissé pour réfléchir à cela ? Aucun. C’est le grand oubli de l’Éducation nationale dans cette crise. Toujours la temporalité de l’urgence et de la rentabilité. »

regards.fr/politique/article/l

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Framapiaf

Le réseau social de l'avenir : Pas d'annonces, pas de surveillance institutionnelle, conception éthique et décentralisation ! Possédez vos données avec Mastodon !