@journalduhacker C´est absolument n´importe quoi. Vraiment de la masturbation intellectuelle. Le terme « liste noire » n´a absolument aucun rapport sémantique ou étymologique avec le racisme.

@hyakosm @journalduhacker c’est plus lié à la représentation mais la on entre dans le domaine de la psychologie. Le fait d’associer le terme « noir » ou « black » a tout ce qui est bondé et négatif et le terme « white » ou « blanc » a tout ce qui est pur, est artificiel, culturellement biaisé et (selon certains) peut orienter négativement la représentation des dites personnes...
Perso « blacklist » ne me dérange pas mais je comprends sa démarche

@hyakosm @journalduhacker C'est le même principe que celui de l'écriture inclusive. Tenir compte du féminin dans nos réflexes écrit et oraux pour en tenir compte d'un point de vue symbolique et pratique...

@Roland @journalduhacker Là encore, l'intention est bonne mais la manière de s'y prendre maladroite.

J'ai un attachement trop fort à la langue française pour écrire de cette manière-là, en plus des problèmes de visibilité/lecture qui me gènent.

Toutefois je fais partie du milieu LGBT et les problématiques de genre j'y suis sensible, je me considère moi-même non binaire par exemple. Je dis ça pour dire qu'on peut être ouvert mais aussi rester critique face à certaines initiatives.

@Roland @journalduhacker Il y a plus de genres dans la vraie vie que dans la langue française ; ce qui nous oblige à composer ou à changer la langue.

Personnellement, partant du constat que les objets étaient genrés aléatoirement (un tabouret, une tasse), je considère qu'il faut séparer son genre réel de celui qu'on utilise dans la langue.

Pour la règle du « masculin qui l'emporte » en fait c'est simplement que le masculin devient un neutre au pluriel.

@Roland @journalduhacker Je comprends le principe du côté symbolique, mais dans la réalité je crois que ça crée juste de nouveaux clivages.

C'est par l'éducation qu'on évite ou qu'on lutte contre le sexisme et les discriminations. Je ne crois pas qu'un bricolage de la langue puisse y faire grand chose.

Donc je continuerai à parler le français avec ses règles classiques, mais chacun fait comme il le souhaite (et tant mieux d'ailleurs) !

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Framapiaf

Framapiaf est un service de microblog similaire à Twitter. Il est libre, décentralisé et fédéré. Il permet de courts messages (max. 500 caractères), de définir leur degré de confidentialité et de suivre les membres du réseau sans publicité ni pistage.